Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Morbi eu nulla vehicula, sagittis tortor id, fermentum nunc. Donec gravida mi a condimentum rutrum. Praesent aliquet pellentesque nisi.

Blog

HomeRécompensesCette année, nous avons eu l’immense plaisir d’être nommé VIGNERON DE L’ANNÉE 2018 par le Guide Hachette des Vins 2018. c’est avec émotion que nous partageons l’article qui nous est consacré.

Cette année, nous avons eu l’immense plaisir d’être nommé VIGNERON DE L’ANNÉE 2018 par le Guide Hachette des Vins 2018. c’est avec émotion que nous partageons l’article qui nous est consacré.

Près de Rochefort-du-Gard, le Dom. La Loyâne s’inscrit dans un espace-nature surnommé autrefois « repaire des loups ». Côtes-du-rhône et côtes-du-rhône-villages y côtoient des lirac de haute expression, fruits du travail remarquable de la famille Dubois.

Qu’est-ce qui a pu pousser un comptable, buraliste à Lyon pendant quinze ans, à tenter, en 1994, une aventure vigneronne au cœur d’un paysage culturel façonné par des siècles de connivences entre la vigne et le Rhône ? « La passion ! », répond tout à trac Jean-Pierre Dubois, avant de confesser qu’il n’avait « pratiquement pas de formation spécifique en viticulture ». Faire, et en faisant, se faire, lui tint alors lieu de viatique. De l’enthousiasme, il en fallut pour remettre « en forme ascendante » les 7 ha d’un vieux vignoble de Lirac acquis auprès d’un vigneron parti à la retraite.

« Pas question de fanfaronner! », avoue-t-il. La clé de la réussite : travail manuel incessant, «patience et longueur de temps ». Un quotidien actif et enthousiaste dans lequel s’investissent aussi son épouse, Dominique, son fils Romain, titulaire d’un BTS viti-œno et sa belle-fille Laure. « Ce n’est qu’en 2001 que nous avons donné à notre exploitation le nom du lieu-dit la Loyâne. Il nous inscrit dans la continuité ».

Aujourd’hui, La Loyâne, ce sont 25 ha disséminés en parcelles enfantant une dizaine de cuvées issues des nobles cépages du Midi : grenache, syrah, mourvèdre, carignan, cinsault – « celui-là, il craint tellement l’eutipiose et l’esca que je m’interroge à son sujet… » –, clairette et bourboulenc. Jean-Pierre Dubois déroule le temps passé à bichonner ses vignes : « Affirmer que tout se fonde dans la vigne est un lieu commun. C’est pourtant là que tout s’apprend. A commencer par ces moments magiques de la taille où l’on projette son devenir ». Sans compter l’entretien des terroirs, dont l’identité se respecte. « On attache la plus grande importance à la maîtrise de nos sols de galets roulés. La présence de l’herbe, avec sa faune annexe, nous apparaît comme un complément qualitatif et non comme un concurrent de la vigne ». Les traitements ? « A dose plus qu’homéopathique, sauf quand la flavescence dorée fait des siennes».

Quant aux récompenses du Guide, il avoue les recevoir avec émotion : « A notre premier coup de cœur j’ai senti des frissons me parcourir l’échine. C’était une sorte de couronnement pour toute la famille ». Une famille hautement sympathique, humble et accueillante, et d’une exigence rare dans la recherche constante de la qualité.

No Comments

POST A COMMENT